Sommaire du dossier
Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter

VIE : Débuter à l’étranger, pour mieux réussir en France

La chasse aux ingénieurs est ouverte ! Les entreprises sont friandes des rapatriés tricolores qui reviennent en France avec des expériences non négligeables. Initiés à l'étranger,ces ingénieurs retournent à la source avec un gros bagage professionnel. Pour les recruter, le secteur industriel met les bouchées doubles afin de rivaliser avec d'autres secteurs, plus attrayants.

travail à l'étrangerAvec une population de jeunes diplômés qui veut rapidement des responsabilités, les entreprises du secteur industriel se sont mises au diapason. Pionnier dans la matière, Areva compte beaucoup sur les jeunes diplômés pour entamer une réindustrialisation du territoire français. Actif à l'intérieur de l'Héxagone, Areva l'est aussi à l'étranger. Lors de la catastrophe de Fukushima, par exemple, une équipe d'ingénieurs tricolores a été envoyée sur place pour soutenir le japonais Tepco et apporter leur expertise. Appelé communément VIE (volontariat international en entreprise), cela représente une excellente chance de débuter dans le secteur, avec des postes à responsabilité à la clef et des rémunérations non négligeables. Car il faut le dire, l'ingénieur tricolore est un des cadres les plus prisés au monde.

En effet, doté d'une très bonne qualification, on s'arrache l'ingénieur français ! Les pays émergents en sont les plus friands, dans le top on retrouve la Chine et l'Inde, mais aussi des pays plus proches et plus développés, comme l'Allemagne par exemple. Le principe est simple : les jeunes diplômés partent à l'étranger, ou ils ont plus de responsabilités qu'en France. Ils encadrent des équipes plus grandes et l'éloignement des structures centrales leur permet souvent d'avoir davantage d'autonomie. De retour en France, ceux-ci ont des bonnes bases et une expérience non négligeable, ce qui leur permet d'avoir des propositions de salaire plus importantes.

Selon une enquête menée par l'ECPM (Ecole européenne de chimie, polymères et matériaux) en 2011 sur leurs anciens diplômés, les salaires bruts peuvent atteindre les 34000€ en France, alors qu'à l'étranger ils sont évalués à 38000€. Notre voisin allemand, par exemple, qui connait une pénurie d'ingénieurs, offre des excellentes rémunérations aux jeunes diplômés. Chercher un emploi ingénieur à l'étranger n'est donc pas seulement facile, mais aussi très intéressants pour les jeunes ingénieurs, mieux payés au début de leur carrière. Après, de retour dans l'Hexagone, ils obtiennent des salaires plus conséquents que s'ils y étaient restés.

Axel Cornic


Copyright © StepStone GmbH 1996 - 2018