Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter

Toute peine mérite salaire : demander une augmentation ?

Demander une augmentation est toujours une tâche ardue, surtout dans la conjoncture économique actuelle. Obnubilés par les réductions des couts, les employeurs semblent de plus en plus inflexibles sur la question, Jobingénieur vous conseille pour faire en sorte que votre demande se passe de la meilleure des manières.

 

augmentationLe moment venu, la négociation de votre salaire est toujours des plus délicats. Comment, en effet, afficher votre volonté d'augmentation, sans froisser votre supérieur, qui n'a qu'une obsession : réduire les coûts de l'entreprise ? Se montrer trop insistant pourrait détériorer la relation avec votre supérieur. Pourtant, si vous estimez que votre investissement et les responsabilités de votre emploi ingénieur justifient une meilleure rémunération, il serait dommage de s'en priver.

Il faut oublier les idées reçues : la plupart des gens pensent qu'être augmenté est un dû, ils estiment que des facteurs comme l'ancienneté ou l'expérience font qu'ils doivent être mieux payés…r Certes votre fidélité mérite d'être récompensée, mais la vraie question à se poser est, est-ce que vous apportez une valeur ajoutée supplémentaire à votre employeur ? Parce que la raison d'une revalorisation salariale est justement que vous apportiez un plus à ce que l'on vous demande déjà. « Il est inutile de demander une augmentation si seuls les objectifs fixés ont été atteints. » déclare Olivier Gélis, directeur général de Robert Half International France. « Il faut largement les avoir dépassés pour prétendre à une augmentation »

Il faut savoir choisir son moment. Les réunions de fin d'année ou les entretiens d'évaluation semblent les plus à-même pour aborder le sujet. Mais il faut aussi évaluer l'attitude de votre supérieur pour mettre toutes les chances de votre côté. Par exemple, si vous voyez qu'il est de mauvaise humeur cette semaine, à cause d'un week-end un peu trop tendu, prenez votre mal en patience. Il serait dommage de rater votre augmentation parce que votre supérieur s'est levé du mauvais pied.

Restez pragmatique. La folie des grandeurs peut tous nous prendre, mais ce n'est pas pour autant qu'il faut réclamer des sommes astronomiques à votre employeur. Ne soyez pas trop timide non plus, comme lors d'un entretien ou d'une réunion particulièrement importante, il faut que vous prépariez votre discours, en ayant des arguments solides sur lesquels se reposer. Pour que votre demande soit rationnelle, il faut bien prendre en compte les éléments extérieurs, tel que des articles de presse ou des études de rémunération. Il faut que vous évaluiez la situation pour que votre proposition soit la plus réaliste possible. «N'oubliez pas de vous procurer les études de rémunérations des cabinets de recrutement spécialisés. » conseille Olivier Gélis « Elles sont en général basées sur des données extrêmement fiables ».

Maintenant que vous avez tous les arguments en main, il est l'heure de passer à votre discours. Avant d'attaquer votre argumentation, il faut savoir que tout votre développement n'est là que pour répondre à une question essentielle : « Pourquoi je mérite cette augmentation plus qu'un autre ? ». Cela consiste à se demander si, par rapport à un autre salarié, vous avez apporté un « plus » non-négligeable à votre employeur. Selon Olivier Gélis « On a très peu de chance d'obtenir une augmentation si on est un collaborateur 'interchangeable'. L'entreprise sera plus ouverte à augmenter les éléments qui sont absolument nécessaires et indispensables à son développement.» Pour cela munissez-vous de preuves concrètes : Economies réalisées, revenus générés, erreurs évitées, augmentation de la productivité... autant de preuves incontestables concernant votre emploi qui souligneront votre action au sein de l'entreprise.

En cas de refus de votre employeur, n'insistez pas et, surtout, ne vous découragez pas. Informez-vous sur les raisons de ce refus. Conjoncture économique, politique de restriction des budgets… en fonction du motif mis en avant par votre patron, essayez de proposer une alternative, comme un échelonnage de l'augmentation, par exemple. Si la porte reste toujours fermée, tentez de récupérer d'autres avantages, comme le remboursement de certains de vos frais (essence, titres de transports…) ou des tickets restaurants. Si enfin cela ne marche toujours pas, la seule chose à faire est de prendre votre mal en patience. Petite astuce : par les temps qui courent, les employeurs ont de plus en plus tendance à proposer des formations à leurs collaborateurs. Par ce biais vous allez acquérir des nouvelles qualifications, qui vous donneront automatiquement accès à une revalorisation de vos rémunérations.

Axel Cornic

 


Copyright © StepStone GmbH 1996 - 2018